Je me demandais.

Cette année, la rentrée des classes a eu lieu pratiquement le même jour en France et au Japon. Et un peu plus tôt aux États-Unis, comme d’habitude.

Et chaque année, c’est la même chose en France. Si vous n’avez jamais vécu à l’étranger, vous ne pensez peut-être pas que le mois de septembre est quelque chose de très particulier, mais faites-moi confiance, il l’est.

Imaginez. Imaginez un pays où presque tout s’arrête ou du moins tourne au ralenti pendant deux mois et où soudain tout redémarre à plein régime en l’espace de quelque jours. Mais alors vraiment tout : l’école, le travail, la politique, les affaires, les médias. Tout.

Bien sûr je ne connais pas le fonctionnement de tous les pays du monde, mais parmi ceux que je connais, c’est un phénomène assez unique.

Même aux États Unis, le concept de rentrée semble se limiter à l’école et au football (américain). Les médias aussi un peu, mais les nouvelles émissions et saisons de séries TV sont quand même étalés sur deux mois, donc l’impact est moindre.

Et au Japon, où je vis ? Ben… En septembre les choses se passent plus ou moins comme d’habitude. Peut-être que la raison est simplement que l’été au Japon n’est pas exactement une période très spéciale ni vraiment différente du reste de l’année. La chaleur est la seule vraie différence.

 

Mais là où je veux en venir concerne les enfants.

 

En France, aux États-Unis et dans pas mal d’autres pays, la rentrée des classes début septembre, ou fin août selon, est l’un des moments les plus importants de l’année dans la vie d’un enfant : nouvelle classe, parfois nouvelle école, nouveaux amis, nouveaux professeurs, nouvelle vie sociale, nouvelles activités extra-scolaires parfois. Bref, nouveau tout.

Au cours des deux dernières semaines, tous mes fils d’actu de médias sociaux (d’abord américains, puis français) ont été remplis de posts, statuts et autres tweets relatant le retour des enfants (et des profs) à l’école. Ceci avec tous les changements que cela implique, comment tout cela s’est passé et le reste aussi. Encore une fois, il est difficile de souligner plus à quel point septembre est une expérience socio-culturellement importante et partagée par presque tous en France.

Au Japon ? Rien de spécial. Les enfants viennent de reprendre l’école, et c’est tout.
(Enfin, certaines choses sont spéciales à cause de Covid, mais c’est un peu hors sujet ici – essayons de ne pas trop y penser pour une fois).

 

Pourquoi ça ?

 

Eh bien, c’est qu’il y a une différence majeure entre les deux pays.

Août/Septembre est la rentrée des vacances d’été et une nouvelle année scolaire en Europe et aux Etats-Unis. Pas au Japon.
C’est certes la rentrée des vacances d’été, mais la nouvelle année scolaire y est en avril.

 

Et je pense que cela fait une énorme différence pour les enfants.

 

Quand je fouille dans mes souvenirs d’enfance, quand je lis les commentaires de divers parents et enseignants ici et là, la même chose revient. Une nouvelle année scolaire après une pause de deux mois était et reste toujours un événement très important, stressant pour presque tous et même parfois traumatisant pour certains.

Il s’agit, bien entendu d’un mélange entre le fait d’avoir été éloigné de l’environnement scolaire pendant si longtemps, ajouté à toutes les nouvelles choses, tous les nouveaux cadres et toutes les nouvelles personnes que l’on impose aux enfants. Tout cela en même temps.

Avant de déménager au Japon, je n’avais jamais considéré qu’il s’agissait de deux choses distinctes. Après tout, elles sont toujours allées de pair.

 

Pourtant, il s’agit vraiment de deux choses totalement distinctes. Il se trouve simplement qu’elles ont lieu en même temps en Europe, aux États-Unis et dans bien d’autres pays.

Pas au Japon

Les grandes et longues vacances ont lieu en été, comme en “Occident”.
La nouvelle année scolaire a lieu en avril, après une pause de seulement deux semaines.

 

Je peux me tromper, et je n’ai que mon expérience limitée ainsi que celle de mon entourage comme base pour ce raisonnement (je serais curieux de lire des recherches réelles sur le sujet), mais j’ai l’impression que le calendrier japonais est en fait meilleur pour les enfants.

En septembre, les enfants japonais retournent à l’école après une longue pause, mais ils retournent dans un environnement qui leur est familier, peuplé de visages familiers, dans des lieux et des cadres familiers, etc. Les choses reviennent à ce qu’elles étaient à la mi-juillet, avant les vacances d’été. C’est plus ou moins un non-événement. Un soulagement presque pour certains, enfin débarrassés des terribles devoirs de vacances d’été.

C’est en avril qu’il y a beaucoup de nouveautés : nouveau(x) professeur(s), nouveaux amis, parfois nouvelle école, nouvel uniforme, etc. Mais cela se déroule après seulement deux semaines d’absence de l’école. Et cette petite pause semble de manière générale aider les enfants à être moins affectés par tous ces changements. Bien entendu, il y a des exceptions, mais là n’est pas le propos, nous parlons de tendances générales.

Je suis certain qu’il y a beaucoup d’autres facteurs qui entrent en jeu. Je pense, par exemple, à l’importance accordée aux cérémonies au Japon qui peut jouer un rôle. En tant que Français, j’ai toujours tendance à regarder l’abondance de cérémonies dans ce pays avec un mélange d’amusement, de perplexité, d’ennui, ou autres selon la situation. C’est parce que ma culture n’est pas très portée sur les cérémonies, mais le fait est que les cérémonies et rituels ont leur importance sur la psychologie des gens et ils servent un objectif social notable lorsqu’il s’agit d’aborder les changements et les événements importants de la vie. (voici un texte là-dessus si ça vous intéresse, il en existe plein d’autres, c’est un truc sur lequel les anthropologues ont beaucoup travaillé).

Et au final, j’ai vraiment l’impression que le mois d’avril est beaucoup moins stressant pour les enfants japonais que le mois de septembre ne l’est pour les enfants français.

 

Je ne pense pas détenir la vérité sur le sujet, et je peux me tromper complètement. Mais ce sont juste un sentiment et quelques réflexions que j’ai eus après avoir vu tous les messages et les tweets sur les médias sociaux la semaine dernière en provenance de France, et en les comparant aux expériences de mes enfants et des autres enfants au Japon que j’ai pu côtoyer, y compris quand je leur donnais des cours mes premières années dans le pays.

 

Qu’en pensez-vous ? Que vous soyez parents ou non, en France, au Japon ou ailleurs (Je suis assez curieux de connaître les expériences des personnes vivant dans l’hémisphère Sud, car les choses sont un peu différentes là-bas).

N’hésitez pas à me faire part de tout cela dans les commentaires.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.